jeudi 4 mai 2017

Fêtes à Venise. Fabrice Conan.

Au XVII° et au XVIII° siècle « toute l’Europe » se retrouvait à Venise, entre deux carnavals qui ne duraient peut être pas six mois comme on le dit, mais dont les occasions de festoyer ne manquaient pas. « La terre » d’après Giorgio Fossati, Gerolamo et Antonio Mauri .  Le conférencier, devant les amis du musée de Grenoble, nous détaille cette liste des fêtes, célébrations, réjouissances, processions et régates…
« Le couronnement du Doge de Venise sur l'escalier des Géants » tel que le saisit Guardi permet de rappeler que le duc est élu par un conseil de 3000 personnes issues des familles patriciennes. Le choix se portant parfois sur une personne âgée pour éviter un règne trop long peut être contrarié par la nature. Si son pouvoir est modéré par les conseils, son influence est forte grâce à ses nominations.
Ses obligations religieuses l’amènent en « Procession à l’église de San Zaccaria, le jour de Pâques » mais il ne doit plus quitter la lagune.
Lorsque « Le Doge Alvise IV Mocenigo porté sur la place Saint-Marc » (musée de Grenoble), est présenté au peuple, la foule doit être repoussée car des sequins, pièces fraîchement frappées, seront lancés.
Depuis 1177, le mariage de la ville avec la mer est célébré le jour de l’Ascension. Toujours de Guardi « Le Bucentaure» : depuis l’embarcation de parade, un anneau d’or est jeté dans l’Adriatique. A l’arrivée de Napoléon Bonaparte, le bateau qui nécessitait 200 rameurs sera brûlé.
Sous le plafond de Véronèse, pour « L'audience accordée par le Doge de Venise dans la salle du Collège au palais Ducal de Venise », les habits de Carnaval sont admis. C’est l’époque où les ambassadeurs de Perse étaient bienvenus pour contrarier les turcs.
Sans remonter aux saturnales antiques, depuis lesquelles se bâtissent bien des légendes, une tradition née des luttes contre les villes voisines au XII°siècle mettait en jeu 12 cochons jetés depuis la tour Saint Marc et un boeuf sacrifié en souvenir d’un tribut payé après la capture d’un patriarche et ses 12 chanoines. D’autres divertissements cruels étaient de mise à la Chandeleur : courses de taureaux, jeux consistant à décrocher une oie vivante, voire écraser un chat à coups de tête.
Le carnaval ressuscité en 1945 conserve dans ses rites « Le vol de l’ange » Gabriele Bella. A l’origine un marin turc aurait rejoint le campanile sur un filin, mais la reproduction d’un tel exploit par les ouvriers les plus agiles de l’arsenal s’étant terminée tragiquement, une colombe en bois remplaça les acrobates et distribua depuis le ciel des friandises. Aujourd'hui, c’est l’heureuse élue parmi douze « Marie » qui doit s’élancer, en toute sécurité, au dessus de la foule compacte. La fête des Marie (pluriel de Maria) qui marque le début du Carnaval remonte au X° siècle, quand après l’enlèvement de 12 jeunes filles promises au mariage, elles furent retrouvées.
« Le Portrait de jeune femme au Carnaval de Venise » de Tiepolo serait celui de sa maîtresse ; c’est ainsi que classiquement on nomme les anonymes même quand elles ne sont pas aussi dissimulées. Le déguisement appelé la bauta (domino) comporte une cape noire, un tricorne et  un masque, la larva, qui laisse un espace pour boire et manger sans se démasquer. Ces éclatantes manifestations se déroulant sous l’illusion de l’anonymat ont pu attirer jusqu’à 30 000 prostituées.
Canaletto « Régates sur le grand Canal Grand Canal ». La fête du Rédempteur, en juillet, célèbre la fin d’une terrible épidémie de peste (1575) qui tua un tiers de la population. On accède ce jour là par un provisoire pont de bateaux à l'église de la Rédemption construite à cette époque. Les vénitiens du monde entier couvrent alors le grand canal de 3000 bateaux avant de somptueux feux d’artifices.
Ces siècles de fêtes étourdissantes, dont la munificence accompagne le déclin économique, sont riches dans le domaine culturel.
Pour la visite  du théâtre de La Fenice, « le phénix », brûlée à plusieurs reprises et reconstruite  « com'era e dov'era » (« comme il était et où il était »), il conviendrait que soient joués des airs de Monteverdi, père de l’opéra, d’Albinoni au célèbre adagio, de Vivaldi, le « prêtre roux », ou de Farinelli qui fut envoyé à la cour d’Espagne pour tenter de guérir le roi Philippe V de sa dépression.
C’est le temps aussi de Goldoni qui alla au-delà des improvisations de la comédia del arte en écrivant les répliques de ses pièces de théâtre.
« Pour mettre la raison sur la voie de la vérité, il faut commencer par la tromper ; les ténèbres ont nécessairement précédé la lumière » Casanova.
Le galant intrigant, incarcéré  pour avoir commercé avec l’étranger, dans la prison des Plombs, Piombi, sous les combles du palais des doges, s’en échappa-t-il d’une façon aussi spectaculaire qu’il l’a racontée ?  Ma : « Se non è vero è bene trovato »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire