samedi 30 novembre 2013

Chronique d’hiver. Paul Auster.





Mon conscrit a dressé sur 250 pages « le catalogue de ses données sensorielles », des pieds nus sur le sol froid depuis ses 6 ans jusqu’à ses 64 ans. Son écriture fluide participe à la perception banale du temps qui s’écoule si rapidement. J’ai aimé retrouver certaines de mes impressions mais un amateur de sagas peut s’agacer de tant de banalités.
J’ai apprécié sa sincérité quand venu à Washington pour vivre le moment historique des funérailles de Kennedy il se rappelle :
« … tu avais pensé que les masses de curieux qui bordaient les avenues au passage du convoi funéraire observeraient un silence respectueux, seraient dans un état de choc muet, mais ce que tu as vu cet après midi là, c’est une foule de badauds bruyants venus au spectacle qui se tordaient le cou pour mater, des gens perchés sur les arbres avec leur appareil photo, des individus qui en poussaient d’autres pour avoir une meilleure vue, et par-dessus tout, ce qui t’a frappé alors, c’est l’ambiance d’exécution publique, le frisson qui accompagne le spectacle d’une mort violente. »  
Il utilise le «  tu » tout au long du livre, familier, nous permettant d’aller plus loin dans notre propre mémoire, apportant un regard complice, ne se la jouant jamais surplombant.
Même ses facilités de construction nous rapprochent quand il dresse des listes : des lieux qu’il a occupé, où il a marché, ce qu’il a fait de ses mains, ses faiblesses, ce qu’il regrette d’autrefois, les stupidités de la vie américaine, ses friandises préférées…
Evident, simple et profond.
« Nous sommes tous étrangers à nous-mêmes, et si nous avons le moindre sens de qui nous sommes, c'est seulement parce que nous vivons à l'intérieur du regard d'autrui. »

vendredi 29 novembre 2013

La guerre, la grande.


Quand un enfant à qui je parlai du moyen-âge m’a demandé si j’avais vécu à cette époque, je me suis dit qu’il y avait encore du boulot.
Remède : fresque historique avec beaux dessins de chevalier et pas forcément la fresque du commerce.
Les commémorations qui lassent les adultes me semblent nécessaires, plus que jamais. Michelet parle de la révolution :
« Le temps n’existait plus. Le temps avait péri ».
Le temps de la guerre n’est pas d’un autre temps mais d’un autre tempo.
Les célébrations qui avaient perdu de leur intensité dans les années 60 ont accompagné récemment plus vivement les derniers survivants avec toute l’émotion qui sied à tant de spectacles contemporains.
La disparition complète des acteurs ne peut servir de  prétexte à ne plus interroger le passé. Comme le soulignait Stéphane Audoin-Rouzeau qui présentait son livre « Quelle histoire » au Square : « les politiques aujourd’hui se font volontiers des médiateurs du passé » tant le futur, le présent sont bourbeux.  
Il a rappelé que le siège de Sarajevo est  le plus long de l'histoire de la guerre moderne (1992-1996) et qu’il y a 20 ans tant de Tutsi étaient massacrés.
Que d’eau et de sang ont coulé depuis 100 ans, quand 10 millions d’individus toutes frontières effacées ont laissé leur vie pour leur patrie d’alors, pendant qu’aujourd’hui toute contribution à l’effort commun fait lever des oppositions irréductibles et que sur la même banderole chacun demande tout à l’état et ne veut rien lui donner, or : « l’état c’est moi ! »
On s’énerve en ces temps électriques mais de la même façon que les mesures généreuses du conseil de la résistance ont été mises en place dans un contexte économique autrement plus difficile que celui d’aujourd’hui, que dire de notre société étourdie quand jadis à l’issue de la  première guerre les 2/3 de la France avaient un deuil à vivre ?
Le cercle de famille écoutait les anecdotes des poilus mais mettait une main sur le bras du combattant qui n’aurait pas été taiseux pour l’apaiser et ne pas entendre  le récit d’une violence sans nom. Les preux étaient du bronze des statues, les survivants en sel, désormais nous n’accueillons  plus aucun héros. Les générations pour qui il y en eu une autre de guerre après la der des der en furent chamboulées, bien autant que lorsque un geek boutonneux apprend à mémé à copier/coller.
Je me souviens du vin chaud que l’on avait arrêté de nous servir enfants après la cérémonie aux monuments aux morts où la formule « morpourlafrance » était énigmatique bien que des noms de familles familiers aient figuré sur la pierre à côté de laquelle était installée une statue de femme éplorée qui a été volée, il y a peu de temps.
J’avais conservé une petite coupure d’article où Mona Ozouf regrettait « lorsqu’on ne se fait plus de l’avenir aucune image nette, les leçons du passé s’embrument d’elles mêmes : on ne sait plus quel appui prendre sur l’histoire, ni sur quel élan. »
...........
Dans le "Canard" cette semaine:

jeudi 28 novembre 2013

Braque, le patron.



Le titre de la conférence de Brigitte Léal aux amis du musée appartient à Jean Paulhan.
Fauvisme.
 Né en 1882, fils d’un peintre en bâtiment, le grand gars timide débute fauve comme Matisse et Derain, et fait disparaitre ses premiers portraits sombres, lui dont on ne verra aucun autoportrait.

En 1907, à l’Estaque, où il prend son envol, sa palette non mimétique, a la vitalité de Cézanne tout en s’appropriant des touches pointillistes.
Cubisme.
Apollinaire lui fait rencontrer Picasso qui vient de peindre « Les demoiselles d’Avignon » où l’art nègre rencontre l’occident.
Et depuis on se demande encore : qui a inventé le cubisme ?
Braque devant les céramiques de l’Espagnol  trouve: « C’est bien cuit »,
Picasso à une exposition de Braque réplique : «C’est bien accroché »
Les paysages de celui qui a grandi au Havre, épurés, géométriques où les arbres s’imbriquent dans des maisons aux couleurs fluides, donnent l’impression d’être « de petits cubes ». 
Le mot de Matisse repris par le critique Louis Vauxcelles fera fortune comme « le fauvisme », péjoratif au départ, voilà « le cubisme » analytique puis synthétique, électrique.
Les plans miroitent, la palette se restreint, les sujets restent traditionnels, la révolution est dans le traitement des formes qui n’atteignent cependant pas l’abstraction.
Les plans s’émiettent, quelques repères figuratifs subsistent parmi des effets de mouvement ou le pinceau se fait délicat dans ses couleurs minérales.
Les formes ne sont plus homogènes mais il s’agit d’un autre réalisme.
Le visiteur invité hors des manifestations académiques doit apprendre à interpréter, à lire.
« L'art paisible de Braque est admirable. Il exprime une beauté pleine de tendresse, et la nacre de ses tableaux irise notre entendement. » Apollinaire
Collages.
Il se souvient d’avoir été apprenti peintre en lettres en introduisant des mots dans ses toiles, du sable, des papiers collés.
Laissé pour mort en Artois durant la première guerre mondiale, il reprend vie à Sorgues avec Reverdy et multiplie les tableaux sur le thème de la musique dont il a été un praticien.
Après les natures mortes aux mandolines, des musiciennes apparaissent et la couleur est de retour.
 « Il y a plus d’émotions dans un instrument de musique que dans un visage »
Ses paysages étaient vides de toute figure humaine, ses  Canéphores, charmantes porteuses de corbeilles à Athènes, témoignent d’influences antiques.
« Le peintre pense en forme et en couleur. »

Il revient sur son travail dans des séries : des « Ateliers » sans cesse retouchés ou des « Oiseaux » dont une paire étale ses ailes au plafond du Louvre.
Marchands.
Henry Kahnweiler vendait ses  tableaux avant la première guerre, il le recueille en Limousin pendant la seconde. Chez Léonce Rosenberg en 1919 l’accueil est très favorable. Avec Maeght il entretiendra aussi une relation fructueuse
Voisins.
Quand survient la deuxième guerre, il s’installe en Normandie, son voisin s’appelle Miro ; Queneau et Calder n’habitent pas loin.
Salué par Giacometti au soir de sa mort en 1963, celui qui est appelé à être redécouvert cette année par les visiteurs de Grand palais à Paris a produit une œuvre sans cesse renouvelée et  cependant d’une grande cohérence : « la peinture nue ».
Le patron ne fut jamais seul, Nicolas de Staël l’influença encore et s’en inspira.
Il est frappant que son tableau « La sarcleuse », où il cite Van Gogh et ses ultimes corbeaux s’envolant devant un champ de blé, fut son dernier.

mercredi 27 novembre 2013

Ethiopie J 10 l’après midi. Moment rare.



Notre petit guide qui n’a plus qu’un œil a signalé une cérémonie d’initiation Hamar avec le fameux « saut de bœufs » qui doit avoir lieu cet après midi. Annoncé à 20 km, nous en effectuons bien 40. Il faut vraiment connaître le village de Chegala pour le trouver dans la brousse. Les 4X4 nous lâchent au bout du chemin, et nous continuons à pied dans le lit sablonneux de la rivière en compagnie de deux australiens. La marche dans le sable s’éternise  et nos chauffeurs lancés dans le fesch fesch, nous récupèrent pour les derniers mètres et nous déposent sur la rive.
Nous passons dans un autre oued par un petit chemin ombragé envahi par des chèvres, des bœufs et des Hamar en plein préparatifs.
Les femmes abondamment enduites de beurre et d’argile, parfois coiffées de plumes voire de bandes de papier, secouent des grelots attachés à leurs mollets, certaines soufflent dans des trompettes.
Pour prouver leur courage, elles ont déjà commencé à réclamer des coups de badines administrés par des hommes.

Une femme s’est évanouie, et un guide demande s’il y a un docteur dans les parages.
Nous ne sommes pas les seuls touristes.
Un groupe d’italiens très intrusifs se fait remarquer et rappeler à l’ordre par des guides afin qu’ils gardent leurs distances, respectent leurs semblables et les personnes qu’ils sont venus observer.
Alors que des hommes se maquillent en vue de cette cérémonie rare, ils placent leurs objectifs démesurés sous le nez des Hamar. Nous sommes choqués par tant de sans-gêne de nos semblables qui s’estiment respectueux mais font semblant de ne pas connaitre l’anglais.
Nous nous éloignons et observons tous les mouvements surtout ceux des femmes. Ebahis par tous ces dos ensanglantés, surpris par ces rites, nous sommes conscients d’assister à une cérémonie exceptionnelle, malheureusement perturbée par des malotrus.
Je ne peux croire à une telle grossièreté et j’estime qu’il s’agit d’un stratagème de personnes contrariées ne pas avoir bénéficié de l’exclusivité de l’évènement.
Puis touristes et Hamar, nous nous dirigeons pèle mêle vers l’aire de la cérémonie située en surplomb au son « forte » des grelots et de quelques voix chantées.
Là, le troupeau de bœufs est rassemblé, les femmes chantent en l’encerclant en  procession et en tapant des pieds, elles frottent leurs dos sur les flancs des bêtes. Celles-ci sont scarifiées et certaines ont les oreilles découpées.
Juste avant, les femmes provoquaient encore les hommes pour se faire fouetter avec une baguette flexible choisie par elle, arrogantes, sans pousser un cri et sautant.
Les dos lacérés, saignent, les verges claquent et certains semblent raisonner les amies de l’initié pour leur dire que c’est suffisant. Pendant ce temps l’homme au crane rasé à l’avant, encadré par des anciens, reçoit des bénédictions à l’abri des regards.
Il ressort totalement nu et s’immerge dans le troupeau. Puis les villageois séparent les bêtes et les placent avant que le héros du jour passe à plusieurs reprises par dessus une demi-douzaine d’entre elles. L’échec lui aurait valu la flagellation par des femmes et la mise au banc de la société. Demain ce sera la fête puis le départ seul dans la brousse jusqu’à ce que le père lui trouve une épouse.
Le spectacle est  aussi chez nous les blancs : bousculades, entraves  réciproques pour photographier…
Nous quittons les lieux énervés de nous préoccuper davantage de nos voisins que de comprendre mieux ce moment d’autant plus rare que ces bisbilles signent la fin d’une époque. Y aura-t-il  bientôt un cordon à ne pas dépasser pour ne pas perturber les cérémonies, des emplacements pour photographes, l’interdiction de filmer, de photographier, de venir voir ?

mardi 26 novembre 2013

Un peu de Paris. Sempé.



Je croyais tout savoir de celui dont je possède le plus de livres dans ma bibliothèque, alors quel bonheur de découvrir cet album datant de 2001 !
Il n’y a même pas les autobus à plate forme qu’il affectionne et pourtant une douce nostalgie nous envahit et l’on se dit : Paris c’est pour lui,  c’est tout lui … je me garde de dire « magique » puisque « Paris c’est magique » fait partie des mantras des supporters du PSG, si peu poétiques.
Les individus sont toujours aussi petits face à la tour Eiffel, à la pointe du jardin du Vert Galant ou saluant la coupole de l’académie, mais ils sont courageux, optimistes, «  inconsolables et gais ».
Pas un mot plus haut que l’autre, pas un mot en général, mais toute la place pour imaginer. 
Sauf à la dernière page, une jeune fille attablée au café « Les deux magots » écrit :
« Chers parents. Merci pour ce séjour à Paris. Tante Béatrice est très hospitalière bien qu’un peu collet monté. Je suis dans ce café peut être à la table même où Simone de Beauvoir a écrit son brûlot Le deuxième sexe. J’en profite pour vous dire que je ne rentrerai pas jeudi au train de 18h 20 mais vendredi à 22h 20. Ma décision est irrévocable. »
Le boulanger est venu fumer une cigarette dans la rue.
Un monsieur regarde une péniche passer sous un pont.
Une dame va promener son chien.
La ville dort, la ville palpite, la ville grouille, les cafés sont pleins, les feuilles s’envolent dans les squares, les hommes rêvent, une femme est sereine sous la pluie.
Depuis une sculpture de chevaux aériens perchés sur un bâtiment prestigieux, nous sommes indifférents aux embouteillages.
Et quand il y aurait un brin d’agressivité lorsque les occupants de deux bus qui se sont tamponnés prennent fait et cause pour chacun de leurs conducteurs c’est pour de rire.
Un délice.
Je commence chaque jour avec un dessin différent de l’octogénaire en tournant une page de mon calendrier : alors un rayon de soleil se glisse dans la maison.

lundi 25 novembre 2013

Il était une forêt. Luc Jacquet.



Les rythmes effrénés de nos vies nous esquintent-ils à ce point qu’une pause sous quelques feuilles d’une forêt au Gabon avec musique platement planante annihile toute critique ?
Le sujet des forêts primaires est majeur mais son traitement dans ce film décevant.
A de trop rares moments des informations sont apportées.
Poétique : les arbres appellent la pluie en libérant du parfum.
Malin : un arbre produit de faux œufs de fourmis pour attirer ces dernières qui le défendront des chenilles.
Branché : des arbres s’envoient des messages pour se défendre en rendant leurs feuilles plus amères.
Mais le commentaire anthropomorphique est sans surprise, taillé dans la « langue de bois » des films consacrés à la nature. Il n’est pas certain que le film convienne aux enfants, tant il est vague, et nul besoin de détours pour s’émerveiller des capacités de la nature à se régénérer.
Le joli plan d’un Francis Hallé en dessinateur appliqué sur la canopée est trop répétitif, comme les images de synthèse de pousses accélérées, par ailleurs le botaniste ne s’adresse jamais directement aux spectateurs. Nous sommes bien contents pour la voix off, quand nous apprenons que des fruits traversent les océans sans plus de précision et que c’est émouvant une petite graine qui deviendra un grand arbre : ah bon ?
Nous avions compris que les arbres sont l’incarnation du temps, ce film m’a paru long.

dimanche 24 novembre 2013

Eddy Mitchell. Héros.



Sur la pochette de son 35° album, le septuagénaire, cultivant son image nonchalante, est allongé sur un fauteuil Stressless.
Maintenant qu’il vient d’arrêter de se produire sur scène, à l’occasion d’un prêt de sa dernière livraison de 10 titres, je trouve qu’il aurait pu aussi se dispenser d’un nouveau CD et regarder un bon film sur son home cinéma depuis son trône décontract’.
Je n’avais pas pris parti jadis dans la querelle yéyé : es-tu Johnny ou Eddy ?
Ils ont été le fond sonore de notre génération qui eut d’autres dilemmes entre Ferré et Brel ou Beatles contre Stones.
A vrai dire, je ne sais pas non plus prendre de la distance envers des positions publiques adoptées par les artistes et leurs positionnements artistiques. Alors quand j’entends la reprise de « La Complainte du Phoque en Alaska » avec Nolwenn Leroy, l’original de Beau Dommage me touchera toujours plus. C’est que me lasse la complainte du crooner payant trop d’impôts en France comme son pôte Jo, le rebelle délocalisé.
Il partage cependant « Le goût des larmes » avec une famille nombreuse quand « l’argent manque à l’appel des heures creuses ».
Il consacre une plage pour remercier ses musiciens, des pointures parait-il, qui n’ont eu guère à se secouer sur des mélodies agréables et pépères. Jean Dujardin, son semblable en décontraction, les présente, avec « le sourire Gibbs » comme on disait pour rester dans la couleur années soixante qui teinte ces musiques, inoxydables, comme une prothèse de hanche.
Exercice de style avec la compilation de titres d’Hitchcock dans « Final cut » et version convenue des communications sur internet :
« Jeux d’argent piégeant l’amour
Basés sur le profit…l’irrespect »
Si la formule « vieillir est un jeu d’enfants » est heureuse, j’estime qu’il ne renouvelle pas le thème des « Héros » qui prennent le métro.
Et combien ont quêté avant lui : « J’veux qu’on m’aime » ?
Il revendique de ne pas envoyer d’ message, alors qu’une autre chanson est consacrée à « Léo » Ferré avec lequel il « n’est pas d’accord » en concluant qu’ « avec le temps on aime … encore » : ça rimait. Et il a toujours sa belle voix.

samedi 23 novembre 2013

6 mois. N° 6. Automne 2013.



Dans le semestriel qui est à la photo ce que son papa « XXI » est au reportage nous sommes invités à revenir sur l’actualité en Irak et en Turquie et nous partageons l’intimité d’une photographe torse nu à chacun de ses anniversaires, apprécions quelques instantanés spectaculaires.
Le dossier de ce numéro à 25,50 € pour 300 pages est intitulé
«  Le monde qui vient » :
des étudiants dans une maison verte en Estonie,  
Hessa du Qatar en ses miroirs
et des créateurs de « sapes » à Soweto.
Cette fois l’entretien avec un photographe est mené avec Jon Levy :
« L’art, moi, ça m’ennuie », mais ses photos parlent mieux.
Un reportage avec des américains en Haïti souligne l’ambigüité de bénévoles,
« croisés du bien ».
La « dame du dernier sommeil » est médecin en Suisse et accompagne des malades qui veulent en finir avec leur vie.
Joli titre : « tableaux de classes » pour un photographe qui accumule les images aux 4 coins de la planète.
La biographie de Mohamed 6 en photos est intéressante,
la nostalgie présente dans «  jours paisibles à Kaboul »,
alors que « Cousins, cousines » nous rafraichit avec ses images de bord de mer aux douces lumières.   

vendredi 22 novembre 2013

Rythmes scolaires et prière de rue.



Tout le monde avait voté l’écotaxe et plus personne n’en veut.
Tout le monde était contre la semaine de 4 jours et plus grand monde n'est content de sa réforme.
On n’a jamais tant parlé de la fatigue des enfants et elle s’est accrue avec les nouvelles dispositions qui entrent dans une logique d’animation qui s’avère être souvent de l’agitation.
Le surmenage des enfants n’est pas du à l’école mais aux écrans et à ceux qui les leur tendent.
Ce n’est pas qu’une question d’horaires de classe mais d’une fatigue de la société dans son ensemble où nous nous supportons de moins en moins facilement où l’énervement est au coin de chaque rue embouteillée. L’école a été virée du samedi matin pour cause de couples recomposés, de papas ensommeillés et de week-end à encombrer. Nous manquons de sommeil.
N’ayant ni les compétences ni l’appétit pour amorcer quelques réflexions sur « l’école 2.0 », je reviens sur ce qui était permis dans nos heures que je trouvai fécondes, il y a dix ans, dans ma ville, quand pas grand monde pensait qu‘apprendre était fatigant.
Je ne voyais pas les parents comme des consommateurs et l’instruction et l’éducation dispensées pendant 27 h hebdomadaires n’apparaissaient pas comme des concurrentes ravageant la vie familiale. Nous appréciions notre chance de bénéficier de locaux adaptés qui permettaient la liberté et la responsabilité en sécurité.
Les samedis matins en classe étaient des moments légers et riches. Je parle du primaire et dans les débats actuels, il serait sage de distinguer les âges : réveiller des bambins de la sieste pour leur proposer des activités est vraiment aberrant. 
Nous  travaillions alors 6 h : un instit’  accompagné de moniteurs formés en éducation physique, en musique, en arts plastiques avec des possibilités d’intervenants en  théâtre, contes, sorties cinéma et temps à la bibliothèque du quartier, en anglais, en informatique ...  avec de surcroit une heure sup' hebdomadaire avec une enseignante spécialisée (RASED) pour quelques élèves en difficulté.
Ces enfants que j’ai suivis, précédés parfois, n’ont pas tous fini à l’ENA, mais lorsque l’un d’eux a été réveillé de sa sieste, il n’a été exposé au 20 h.
Une fois Anthony, assoupi, est tombé de sa chaise, peu sensible alors à la prose d’Hugo ou de Pennac. Il est devenu boulanger et il se lève de bonne heure.
Nous débutions tranquillement chaque journée par des débats autour des préoccupations des enfants et aussi des nouvelles du monde, sans non plus « prendre les têtes » avec des problèmes  submergeant les mômes. Personne n’ignorait mes engagements mais je tenais comme principe les recommandations de Ferry Jules :
"Si parfois vous étiez embarrassés pour savoir jusqu'où il vous est permis d'aller dans votre enseignement moral, voici une règle pratique à laquelle vous pourrez vous tenir : avant de proposer à vos élèves un précepte, une maxime quelconque, demandez-vous s'il se trouve, à votre connaissance, un seul honnête homme qui puisse être froissé de ce que vous allez dire. Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu'il vous entendrait dire. Si oui, abstenez -vous de le dire ; sinon, parlez hardiment, car ce que vous allez communiquer à l'enfant, ce n'est pas votre propre sagesse, c'est la sagesse du genre humain, c'est une de ces idées d'ordre universel que plusieurs siècles de civilisation ont fait entrer dans le patrimoine de l'humanité. "
La petite qui proposait une banane à Taubira nous a choqués mais de plus en plus d’enfants sont utilisés dans des combats partisans, manipulés, et pas seulement par la droite. Tout le contraire du respect de leur parole, trop sacralisée par ailleurs. Prendre la parole, faire en sorte qu’elle soit vraiment mienne et non celle de tous nos papas : il s’agit d’un apprentissage qui  peut durer une vie. Pour avoir essayé de favoriser l’expression des gônes, j’ai toujours été frappé des timidités des éducateurs à dessiner ou écrire. J’en mesure la difficulté chaque fois que j’ai bouclé sur ce blog un article pour ne pas être qu’un perroquet de mon Libé, de ma télé, de mon Canard.
…………
Tiens « Le Canard » reprend lui-même « Le Monde » dans cette information :
« En Corée du Sud : 650 000 lycéens ont passé le « Sunum » pour intégrer l’une des universités du pays : une épreuve de près de 9h, sanction d’une scolarité au rythme fou d’au mois 15h d’études quotidiennes. Ce jour là, les mères de famille prient en pleine rue pour le succès de leur enfant. »
………… 
Comme je n’ai pas trouvé de dessin qui me parle cette semaine, il y a toujours un Sempé :

jeudi 21 novembre 2013

Polke Sigmar.


Né en 1941 en Silésie (Pologne), il  passe de l’Allemagne de l’est à l’ouest.
II travaille chez un maître verrier, et suit les cours aux beaux arts de Düsseldorf où Beuys enseigne. Avec Richter il forme l’attelage éphémère du « réalisme capitaliste », à lire comme une réponse au « réalisme socialiste » mais aussi au pop art. Tous deux d’origine protestante, c’est  le froid qui rencontre le chaud. Polke portant sur le monde et l’art un regard amusé.
Chercheur, expérimentateur, il va à l’encontre de la notion de style en entretenant les ambigüités, les ambivalences, si bien que ce trait deviendra une écriture.
Il multiplie les supports, tend des tissus sur les toiles puis sur les châssis (couvertures, torchons, tapis de bain…). Erigeant la banalité au rang d’œuvre d’art, il reprend la trame de photographies en peignant lui-même les petits points, ne recourant ni à la sérigraphie ni aux pochoirs. Il passe de la peinture gestuelle à l’abstraction, et évite l’académisme qui a atteint  aussi cette manière, en introduisant  des éléments figuratifs.
Des substances chimiques diverses (vernis, cire, mica…) se retrouvent sur ses toiles. Il réintroduit des poisons (orpiment à l’arsenic), des pierres précieuses (lapis-lazuli) qui avaient disparu de l’attirail des peintres.
Il essaye toutes sortes de drogues afin de pousser « les portes de la perception » telles que les nommait Huxley.
Sa rencontre avec des aborigènes l’amène à approfondir ses propres démarches : le symbolisme des couleurs et les pigments fabriqués, le versant sacré des productions.
Il change de format et va plus loin dans ses recherches sur la matière picturale ; l’introduction de couleurs thermosensibles joue avec la notion du temps.
Il met le monde sans dessus dessous, peint à l’arrière de supports transparents, et rejoint Vinci qui conseillait à ses élèves en mal d’inspiration d’aller voir les murs tachés de pluie où dans ses batailles l’informe crée la forme.
Il ne se cantonne pas à un domaine chamanique,  alchimique, il s’intéresse à la politique avec une série de tableaux sur la révolution française exposés  à Vizille en 2001.

La peinture, qui représente la foule se pressant à l’exposition sur l’ « Art dégénéré » organisée par les nazis, se craquèle. Le temps fait son affaire.
Les images se superposent, se devinent, se cachent, les matériaux se mélangent, s’allient.
La conférence de Guy Tosato n’était pas qu’un exercice obligé mais le partage d’une fidélité : le peintre disparu en 2010 était l’objet de sa conférence inaugurale aux amis du musée de Grenoble qui compte désormais dans ses collections « l’homme donnant du grain à ses poules » dont nous picorons volontiers quelques petits points ironiques.
Nous apprécions aussi l’interprétation du « Madame de Senonnes » d’Ingres qui figure sur les affiches : c’était une commande du directeur actuel du musée de la place de Lavalette lorsqu’à Nantes il faisait dialoguer l’art contemporain avec les œuvres du musée des beaux arts.
Jusqu’à début février les œuvres les plus récentes de Polke sont chez nous, avant la rétrospective au MoMA de New York.
Créateur aimé de ses confrères, sa peinture dynamique réclame de nouvelles perspectives à la peinture. « Que la magie de l’art advienne !» Encore.

mercredi 20 novembre 2013

Ethiopie J 10 au matin. Chez les karos.



De bonne heure, nous prenons la piste tourmentée vers l'ouest à travers une brousse peuplée  d’acacias, de ficus et de frangipaniers en fleurs, seule couleur vive dans le décor jaune sable et marron grisâtre ponctué par des termitières impressionnantes.
A l’arrivée du village de Kolcho, la vue est magnifique, nous surplombons une boucle de l’Omo enserrant la forêt et de grandes plantations de coton gérées par des Turcs où des tracteurs soulevant des nuages de poussières lumineux annoncent des bouleversements des façons de vivre.
Le bruit des nos moteurs attire les habitants du village appartenant à l’ethnie Karo qui compte 1000 personnes.
Ils sont maquillés d’argile en pointillés artistiques ou par aplats qui leur donnent l’air de lémuriens. Ces peintures corporelles sont magnifiques. Les coiffures cherchent l’originalité, plus pour attirer le photographe que semble-t-il par tradition. Certains enfants portent des couronnes de fleurs de frangipaniers, de fruits inconnus, d’herbe. Une femme joue avec un clou planté sous sa lèvre, le faisant sortir puis le remettant avec sa langue. Un moment en désaccord sur le prix de la visite et des photos, nous décidons de visiter le village en nous privant de nos chers appareils, au grand désarroi des karos : 
«  Photo ? No ? Go ! »

Nous déambulons entre les cases, proches de celles qu’on a pu voir à Domba avec travail à la meule et des cases en construction. D’ailleurs une Hamar se repère par son habit et son collier de femme mariée, elle témoigne de la bonne entente entre Hamar et Karo, de « l’intermaritalité ». Le guide local nous explique sur l’emplacement  réservé aux cérémonies, l’endroit réservé aux vieillards, aux enfants. Les femmes sont oubliées, pourtant le centre est réservé aux jeunes danseurs hommes et femmes.
Finalement nous décidons de sélectionner  des enfants ou des adultes  à photographier, passant par dessus nos scrupules de comportement d’esclavagistes, considérant qu’il s’agit de rémunérer un travail.
Nous revenons à l’hôtel de Tourist de Turmi par la piste d’où nous avons pu apercevoir des pintades et quelque dick dick.

mardi 19 novembre 2013

Les Meilleurs Ennemis. Jean-Pierre Filiu David B


« Une histoire des relations entre les États-Unis et le Moyen-Orient ».Tome 1.
Une fois passée une introduction où il est question de Gilgamesh qui a failli me décourager tant cela est compassé, la centaine de pages suivantes est instructive : depuis les pirates du XVIII° siècle jusqu’à l’éviction de Mossadegh  premier ministre iranien fomentée par la CIA.
La Méditerranée fut  pendant des siècles le siège de la puissance et source de revenus pour les états « barbaresques » qui soumettent à l’esclavage les occupants des bateaux pris et délivrés après paiement d’une rançon.  
Lorsque les bateaux de commerce des jeunes Etats Unis devenus indépendants ne sont plus protégés par les anglais, ils devront y consacrer un cinquième du budget du pays à traiter avec les pachas. Jefferson assiège Tripoli et se retrouve face à tout le Moyen Orient en guerre sainte.  
Au chapitre « pétrole » : Roosevelt  s’allie au roi d'Arabie Saoudite et  se trouve en contradiction avec les autres puissances impérialistes d’alors  la France et  la Grande Bretagne.
Les EU n’ont pas toujours soutenu le sionisme. Après avoir évoqué auprès de Ibn Saoud la tragédie des juifs européens, Roosevelt « promet que rien ne se décidera en Palestine sans que les arabes ne soient consultés ».
Le dernier chapitre s’intitule « coup d’état », et si depuis bien longtemps quelque frère banni a été utilisé pour renverser le sultan en place, les manœuvres menées par les frères Dulles en Iran ont été déterminantes sur le devenir de ce pays.
Les dessins soignés apportent un peu de poésie, de symbolique dans un récit qui  mêle avec virtuosité des anecdotes aux grands destins, avec leurs lots de fulgurances, de lâchetés, de passions comme une illustration de grands mythes.
C’est alors que je suis revenu au prologue qui m’avait dérouté et  je comprends mieux cette stèle sumérienne  du musée du Louvre dite « la stèle des vautours » trouvée en Irak  qui termine le premier chapitre où l’on voit les corps de vaincus empilés de façon à former un monument de la victoire, elle figure au dessus d’une pile de prisonniers à la prison d’Abou Ghraib.

lundi 18 novembre 2013

Heimat. Edgar Reitz.


Le noir et blanc où se distingue le rougeoiement d’un fer à cheval, l’or d’une pièce, est bien beau, mais estompe les aspérités, les douleurs, les passions, dans ce film pédagogique sur l’Allemagne rhénane au milieu du XIX°, quand trainaient encore quelques mots en français du temps de Napoléon : « liberté, égalité ».
Les maîtres de l’Europe rêvaient alors d’Amérique comme les Erythréens d’aujourd’hui imaginent l’Europe.
Leurs chariots se multiplient au sommet des collines où nous demeurons à contempler les paysages au fond desquels s’agitent quelques personnages.
Je n’ai pas été touché, bien que mon pépé ait été maréchal ferrant et que la corvée de ramassage des pommes de terre ne me semblât guère romantique. Un des fils, lecteur fervent, parait plus à l’aise avec les langages des indiens d’Amazonie que dans l’échange avec ses proches. Les livres ouvrent aux mondes lointains mais feraient écran à l’égard de nos contemporains.
J’ai trouvé les reconstitutions conformes au cahier des charges d’un écomusée, loin du souffle d’un chef d’œuvre annoncé. Dans la deuxième partie, aux images toujours belles, nous retrouvons les personnages qui nous sont devenus familiers et nous nous en rapprochons.
La dernière image illustre Barrès :
« Pour nous, la patrie, c'est le sol et les ancêtres, c'est la terre de nos morts ».
Heimat signifie patrie.
« Où Dieu trouve-t-il tout ce noir qu’il met
Dans les cœurs brisés et les nuits tombées ? »
V. Hugo

dimanche 17 novembre 2013

Juliette. Nour.



J’aime la chanteuse,  sa voix, ses choix, sa présence sur scène, son humour, son énergie.
Son dernier CD qui porte son nom : « Nour » comme Noureddine signifie « lumière » : celle qui la rassurait quand  petite, elle avait peur dans le noir et qu’elle choisira d’éteindre elle-même quand sa vie vacillera.
La gravité de cette belle chanson  tranche avec quelques potaches propositions voire une pochade telles « Légendes », « Les doigts dans le nez » qui pourrait avoir des parentés avec Pierre Perret.  De même « Jean Marie de Kervadec » de François Morel  parodie des chants de marins : il faut « monter à la misaine » et « virer au guindeau » alors  qu’il s’agit seulement d’aller au Super U qui ne rime pas seulement avec jambon cru.

Et je m'amuse à voir du le Forestier dans « Le petit musée » nostalgique, des rythmes de Laviliers en plus drôle dans « Belle et rebelle » plutôt que « moche moche et remoche »,  des accents d’Anne Sylvestre avec « Une petite robe noire » à propos des violences dont sont victimes les femmes. 
« La veuve noire » qui n’arrive pas à occire son mari malgré ses nombreuses tentatives est marrante.
« Le diable dans la bouteille » a été beaucoup entendue et a perdu ainsi un peu de sa saveur comme ces pubs qui vous surprennent la première fois et vous lassent quand on ne voit plus qu’elles.
Mais celle où Juliette est elle telle qu’elle me plait, s’intitule « L’éternel féminin », une bossa endiablée, au service d’un texte drôle sur un sujet essentiel :
« Regardez qui est là qui attise les flammes
Régnant sur les Enfers, le Diable est une femme !
Rien d'étonnant à ça ! Des brunes jusqu'aux blondes
Par elles sont advenus tous les malheurs du monde !
Le Diable est une femme et vous vous en doutiez :
La place d'une femme n'est elle pas au foyer ? »

samedi 16 novembre 2013

Une matière inflammable. Marc Weitzmann.


J’avais retenu ce livre parmi 500  proposés à la rentrée, parce qu’il mettait l’actualité politique en fond de création littéraire: essai de roman, fiction et frictions contemporaines .
Il est question de DSK  sans un détail crapoteux de plus dans une affaire qui n’en a pas manqué mais le scandale est replacé dans une durée qui apporte quelques éclairages intéressants. Dans la palette des rapports humains assez impitoyables en général, les relations amoureuses sont disséquées d’une façon originale.
Le narrateur Frank Schreiber essaye de se détacher de son milieu pour mieux le décrire, c’est mordant, habile, mais désenchanté à ce point, c’est épuisant.
«  …et si ce livre a quoi que ce soit de politique, selon moi, c’est dans l’analyse sous jacente des raisons de cet impasse en chacun de nous - dans l’analyse de nos conflits d’intérêt intimes… »
Il  décrit l’évolution de Patrick Zimmermann un économiste venu de l’OCI (trotsk’) :
 « Au prochain siècle le futur se déversera dans le présent à une vitesse inégalée »
Il passera par le PS jusqu’à devenir conseiller du directeur du FMI,
« tu te fais un ami là-bas en ce moment, tu te garantis deux ennemis. ».
L’arriviste finit seul. 
« Ce militant qui a truqué ses convictions et qui se lamente sur la fin de l’honnêteté, qui dénonce le mensonge – à force de s’être menti à lui-même… »
Le milieu juif parisien est décrit avec un détachement qui est la marque de fabrique de ces 365 pages sans empathie :
 « Tu ethnicises  la problématique du parvenu si chère au roman français, tu en fais le nœud  d’une hystérie masculine scindée entre la quête d’une virilité indépendante et la soumission au désir d’en être »

vendredi 15 novembre 2013

Extrême droite hors les murs.



La Pen menace de poursuivre ceux qui la situent à l’extrême droite.
C'est elle qui est très suivie, sur un créneau encombré: les idées, les comportements issus du ventre nauséabond plus que jamais fécond, envahissent la société et nos têtes bien au-delà des siglés de la flamme archaïque. Sous des masques ou des bonnets aux couleurs trompeuses.
Quelques arrangements électoraux misérables ou des insultes proférées par des enfants mal élevés sont des symptômes, le mal vient de loin et ne concerne pas qu’un hexagone. Le rejet de l’autre est un trait très répandu dans tant de tribus.  Mais je sais les effets dévastateurs du cri « au loup » devenu inaudible car trop utilisé, exemptant en outre le lanceur d’alerte de tout examen.
La problématique de l’étranger occupe toute conversation et face à la complexité, les réponses brutales et simplistes sont en première ligne. L’impuissance face aux interdépendances croissantes se compense dans l’érection de frontières symboliques, du périmètre le plus intime jusqu’aux marches de l’Europe en passant par son jardin. Jusqu’au vocabulaire qu’il convient de restreindre pour flatter l’électeur en s’abstenant de toute nuance, de toute réflexion allant au-delà du réflexe : première marche lâche vers l’aveuglement.
L’intellectuel est méprisé et quand les mots permettant le recul sont bannis, comment répondre après Badiou : « De quoi Sarkozy est le nom ? » : « De quoi le FN est le nom ? »
Un candidat aux élections municipales opposant à la municipalité sortante de Saint Egrève a tenu quelques propos méprisants à l’égard de la culture. Je n’ai pas dit «  candidat de gauche » car celui-ci se garde en ces temps de toute référence de cet ordre, portant ses priorités sur la « sanctuarisation » du parc de Fiancey, mais guère sur la préservation de quelque valeur soc’. Comme tout ce qui est excessif est insignifiant, je rapprocherai  ses propos désinvoltes de la réaction de « Notre frivole monarque » de jadis : « ah l’écologie, ça commence à bien faire » plutôt que de  Goebbels sortant son pistolet quand il entendait le mot culture.
Manque de vision, pêche aux voix près des bouches d’égout, petit bras et pistolet à  eau.
Sur ces démissions de toute exigence, sur ces paresses, sur l’impossibilité d’envisager la nouveauté, la démagogie joue de ses fards.
La confusion règne : qui a-t-il de commun entre les porteurs de bonnets rouges pendus aux arbres par les troupes de Louis XIV parce que des manants s’opposaient aux impôts destinés à Versailles et les objecteurs d’impôt républicain ? Les écolos sont infoutus de défendre l’écotaxe , Moscovici a repris le mot « ras le bol fiscal » et bien peu font valoir la solidarité permise par l’impôt dont la réforme est « partie à la réforme » comme on dit de chevaux retirés des champs de course.
Face à ces consternants constats, je veux croire le sociologue Jean Viard dans Libé :
« Il faut dire que les métropoles sont le cœur du monde qui nait car c’est là que nos liens collaboratifs, numériques croisent nos liens charnels, concrets - densifiant rencontre et créativité. Comme dans les grandes firmes. Mais il faut dire aussi que les lieux de la qualité de la vie, le Sud ; les bonnes écoles, les petites villes, la proximité solidaire, la créativité culturelle dynamisent ce modèle de création de richesse. »
Mais il sait bien : 
« L’immense péri urbain que nous avons construit autour de nos villes glisse vers le FN ; les régions du vivre et travailler au pays des années 70 s’enflamment ; les riches refusent l’impôt ; les moins riches aimeraient comprendre ce qu’ils vont payer. La gauche parle d’égalité mais ne comprend pas l’individu, la droite glisse vers l’identité sans penser la mondialisation. »
Et en politique : « on y cherche des places plus que des espérances, des adversaires plus que des partenaires »
Vieux pays qui se la joue jeune en flattant le fugace, le facile, avec des vieux démissionnaires, excepté de leurs mandats qui s’accumulent.
……
Le Canard n’offrant cette semaine que de l’attendu, ce dessin décalé du « Point » conviendra pour accompagner cette semaine en politique.


jeudi 14 novembre 2013

César au musée Cantini.


Gratuit le dimanche matin, le musée installé dans l’hôtel particulier légué à la ville par le marbrier Jules Cantini propose en permanence quelques belles toiles de  Derain, Camoin, Dufy, Gleizes, Léger, Brauner, Ernst, Miró, Picasso, Bacon…
Et jusqu’en janvier 2014, César, le ferrailleur se retrouve chez le marbrier avec ses objets compressés et ses expansions.
"Le marbre de Carrare était trop cher, la vieille ferraille traînait partout. 
Je suis devenu sculpteur parce que j'étais pauvre !"
 
L’autodidacte né dans le quartier de la Belle de Mai dont les voitures compressées furent l’emblème, a multiplié les matériaux avec le polyuréthane aux coulées figées, a posé dans les villes des pouces réjouissants d’un humanisme bon enfant.
Ses interrogations autour de la société de consommation ont une connotation années 60, quand l’art s’adressait à tout le monde.  
«Ce sont mes mains qui font travailler ma tête »

Beaucoup copié, le « nouveau réaliste » immédiatement identifiable, César Baldaccini a cherché inlassablement pendant 77 ans, il est décédé en 1998.

mercredi 13 novembre 2013

Christian Prost.


On ne se voyait plus qu’aux enterrements de nos anciens coéquipiers, mais la brutalité de ta mort ne nous a pas permis de nous réunir cette fois.
Comme tu  fréquentais les chemins numériques, je livre aux mémoires des machines quelques mots pour retenir la sidération de tes amis, notre peine.
J’en suis resté à ton magasin de vidéos, prolongement de nos années ferventes où nous partagions cinéma, BD, et football. Simone me dit le rock.
Tu aurais été content : ce dimanche l’OL a encore gagné le derby et moi je trouve que c’est injuste, et bien sûr dérisoire, comme la nouvelle de ta disparition qui a couru sur nos réseaux.
Si jeune, pour l’éternité.
Décidément novembre s’obscurcit de trop de nuages de crématoriums.
Une rafale une seule
D'horizon à horizon
Et ainsi sur toute la terre
Pour balayer la poussière
Les myriades de feuilles mortes
Pour dépouiller tous les arbres
Pour dévaster les cultures
Pour abattre les oiseaux
Pour éparpiller les vagues
Pour détruire les fumées
Pour rompre l'équilibre
Du soleil le plus chaud 
Eluard
Anne la lyonnaise nous a dit :
«  Il avait échangé le village du Pin contre celui de Saint Jean, et le café de la cathédrale remplaçait celui de la place. Nous y avons bu un verre à sa santé comme pour tout enterrement qui se respecte. »